Les sculptures de Christian Jacques

 

 

 » Raconter des histoires humaines avec les formes, la matière, la lumière.
Sculpter le minéral pour susciter l’imaginaire et l’émotion.
C’est ce que je fais qui m’apprend ce que je cherche.
La chose faite est la chose qui dit.
Je sculpte pour résister avec légèreté à la bêtise et à la vulgarité de la société de la marchandise « 

Christian JACQUES né en Provence à Bollène dans le Vaucluse, est petit fils de tailleur de pierre italien et de mineur de charbon cévenol. 
Après des études d’ingénieur mécanicien terminées en 1974, c’est en 1983 qu’il prend pendant trois ans des cours du soir aux Beaux-Arts de Toulouse. Il installe son atelier en Ardèche la même année et travaille essentiellement le dessin, le modelage et taille la pierre de Nîmes, de Lens, d’Estaillade. En 1992, il déménage son atelier à Mayronnes près de Lagrasse dans l’Aude. Ses nouvelles sculptures sont taillées dans les marbres du Languedoc, des Pyrénées, de Carrare. Depuis 2003 il travaille aussi le granite et le basalte. 
A enseigné de 1983 à 2003 la géométrie descriptive et la perspective à l’Ecole d’Architecture de Toulouse 
 
Membre des Artistes Méridionaux de Toulouse 
 
Sa sculpture a la volonté de communiquer un effet plastique, une émotion associée à des  » histoires humaines vécues « . Ces histoires racontées dans la pierre se nourrissent de la sensualité de la Femme, du rapport de couple avec elle de la dualité Masculin Féminin. Afin de ne pas s’en tenir à l’écorce mais de remonter à la sève sa sculpture est une recomposition de la réalité par une transformation géométrique épurée permettant soit de réduire à la plus simple expression, soit d’insister sur des éléments les plus significatifs. Sa sculpture ne se préoccupe pas de représenter le réel, mais de le rendre présent, de le révéler. Dans la matière qui a sa propre dynamique expressive, il associe lumière et pierre, faisant pénétrer son message dans le bloc. Transmettant ainsi les forces essentielles de la vie, du mouvement et suscitant l’imaginaire et l’émotion. 
Sa sculpture travaillée en taille directe, renoue avec l’art travail en refusant la séparation entre l’idée et sa réalisation aujourd’hui possible par la technique.